Akim chante ses textes qui collent à sa vie.
Ça part un peu comme çà et ça monte haut et l’on s’y voit.
C’est un drôle de loustic, genre « p’tit jeune des cités » !
Lui et ses compères font exploser la scène.
Leur bonne humeur gagne la salle au rythme de leurs guitares.
Akim est caméléonesque et met beaucoup de couleur dans ce triste monde.
Puisse-t-il un jour provoquer des cataclysmes musicaux !
Qui sait ?
Je le voudrais bien !
[field author]