Carole bonjour,
Carole n’est plus là
Carole reste encore avec nous un peu
Cela fait exactement un an que tu es partie
Cela fait exactement un an que le papotin ne sort pas !

Carole tu es venue un jour et tu es revenue tous les mercredis
Pendant presque dix ans,
A Antony d’abord,
C’est là où tu as dit à Carla Bruni que les produits de beauté c’est de la merde,
C’est là que tu as rencontré Allègre alors ministre de l’éducation nationale
C’est là où tu nourrissais les poules et le chien de l’assistante sociale,
C’est là où nous t’avons vu venir avec ton cadi,
Tes journaux et ta boisson anti-bombe atomique !
« Il faut se préparer à survivre alors mieux vaut entraîner l’organisme »

Puis c’est le lucernaire,
Tu venais et tu repartais à 11h45,
Il passe la sorcière bien aimée je vais aller la voir,
Non pas le film mais la série télé celle des années ’60,
Tu aimais bien les séries de ces années là

Alors voilà que nous avons appris à être ensemble
Et nous avons voyagé aussi,
D’abord Avignon au festival,
Il y avait du monde et toi, à toi toute seule tu étais un spectacle off tous les jours
Tu étais heureuse finalement ce n’était plus
Ni les clodos dans le metro, ni les vaches dans les prairies désertes
Mais un vrai public de gens qui aiment le théâtre qui venaient me demander
« Elle joue où son onewomen show ? »
Je restais un peu en silence et souriais en même temps
« C’est un spectacle de rue ! »
J’ai appris en Avignon à être avec toi sans être sur ton dos,
Tu m’as appris ça pour toi et je garde cela précieusement dans mon travail d’educ,
Mais en voyage nous étions ensemble c’est tout
C’est tout et c’est beaucoup

A Los Angeles nous avons partagé la chambre,
Nous avons commencé notre voyage dans une armoire qui s’est ouverte en lit de camp
Tu dormais peu, tu aimais l’aube et le silence de ce temps,
Nous étions souvent dans la rue à 5h00 du matin,
« Tu as vu les écureuils, ils ont faim »
Alors tu les approchais et ils venaient manger dans tes mains,
Puis nous nous asseyions sur le trottoir et nous regardions
Tous ces gens à la blouse blanche, bleu, verte qui allaient bosser,
On se croyait dans une série américaine,
Mais oui j’oubliais parfois que nous y étions pour de vrai aux states !
Tu es partie avec une valise toute neuve avec des vêtements tout neufs
Tu es revenue avec la valise qu’un amerloc avait laissé dans la rue
-oui nous n’étions pas encore dans l’after 11 septembre-
Pleine de plantes vertes, c’était ton style !
Puis il y a eu Chirac,
Et il y a eu l’avant Chirac,
La veille toutes les deux avec Françoise nous avons été chez le coiffeur,
Tu leur parlais de tes masques de soin anti-rughes,
Tu étais très belle,
Tu as toujours été belle, même ronchonante
Parce que même indignée, ronchonante ou en colère
Tu gardais toujours un fond de sourire aux lèvres et une lumière dans tes yeux

Tu scotchais tout le monde,
Chaque personne qui a pu te rencontrer,
Etait surprise de la simplicité et de  l’évidence de tes propos
Tu portais le plus souvent un regard juste sur le monde,
Tu nous faisais retrouver notre regard d’enfant,
Ils sont parfois naïfs parfois généreux et tout aussi bien cruels parfois,
Non les enfants c ‘est pas des anges, ils négocient difficilement

Je me souviens du regard de PPDA,
Incrédule et émerveillé à la fois

Puis il y a eu la maladie,
Cette saloperie a eu gain de cause, sur toi comme sur d’autres,
Elle a traîné trop longtemps dans ton corps
Je suis venue te voir à Sainte Anne,
Je n’ai pas pu venir à Eaubaune,
Non c’était trop dur, il fallait que ça fasse son chemin
Tu me manquais déjà tout en étant encore là.

Alors je suis venue quand tu es arrivée à Paris,
Pour partir dignement,
Je suis venue un peu tous les jours, te tenir un peu la main,
Te raconter nos souvenirs
Chercher à arracher un peu de douceur

Le jour où tu t’es éteinte
Je suis arrivée quelques secondes après,
Il y avait ta sœur avec toi,
L’educ de Cormeilles est arrivé juste après aussi,

Nous étions là autour de toi,
Tu étais belle,
enfin tu ne souffrais plus,
je t’ai regardée et cette fois-ci
j’ai ri sans toi, avec toi
« tout roule comme sur des roulettes ! »
était écrit sur ta chemise de nuit,
alors depuis on cherche à faire tout comme…

[field author]