L’amour parental
Pensées :
C’est l’amour le plus maladif dont on ne se remet jamais parfaitement.
Les enfants sont les fruits de la chair. Ils viennent de soi.
C’est comme si c’était ta chair, ta peau, tes poils, tes os, ton foie : on doit les aimer comme nous-mêmes. Pas plus, pas moins !
Il ne faut pas que ça aille au sacrifice de soi, de sorte que s’il y a un choix, il serait impossible à faire !

L’amour qui lie deux individus de sexe opposé
Pensées :
En premier, le but est d’aimer
Et le reste suit.

[field author]