Trois acrobates incroyables qui multiplient gags et prouesses. On est pris aux tripes du début jusqu’à la fin. Equilibre et solidarité : un tombe et tout s’écroule !

Matthias : Le coup de la bouteille de gaz en caoutchouc, j’ai bien aimé est ce que les autres c’est des vraies.

Rémi Lecocq: Oui. Il y en a une en cuir et l’autre en latex.

Alexandre B : Est-ce que je peux savoir depuis quand existe le théâtre ?

R.L: Le cirque inextrémiste existe depuis six ans. Au départ, c’est Yann Ecauvre (le plus grand des deux) qui fait le solo de trampoline. Ce spectacle-là de ce soir existe depuis environ deux années.
Avant les premières, c’est 30 à 40 choses qu’on change chaque jour en essayant des choses.

David S : Est-ce que vous êtes vraiment handicapé ?

R.L : Cela fait longtemps, je suis tombé sur la tête. J’étais acrobate et je sautais comme eux avant.

David S : Est-ce que vous récupérerez l’usage de vos jambes ? »

R.L : Ce n’est pas ma priorité. Ça fait huit ans que je fais de la rééducation à fond. Ça évolue lentement, très lentement. Je fais tous les jours les exercices, j’ai des tremblements et des douleurs partout.
Je fais ça pour m’amuser dans la vie pour vivre à fond.

David S : Quelles sont vos passions dans la vie ?

R.L : La réponse est dans la question. Mes passions dans la vie, c’est la vie d’abord. Le cirque, ça fait très longtemps. J’ai commencé à sept ans. Du coup, je n’ai jamais arrêté. Au moment où il y a la chute, je me suis raccroché. Le plus important, c’est la vie.

Matthias : Est-ce que ce n’est pas dangereux de sauter comme ça sur une bouteille de gaz.

R.L: En vrai, ce n’est pas du tout dangereux, ce que je fais mais ça rajoute de la tension. Vu le bruit que ça fait, tout le monde sait que ce sont des vraies bouteilles. Hier on a cassé une latte du plancher. Tout est tombé. Du coup, c’est raté. Heureusement, les bouteilles sont vides. Il n’y a pas de gaz.

David S: « Par moment, il y a de l’eau ».

R.L: C’était de l’air comprimé à l’intérieur, là, et je livre tous les secrets.

Matthias : C’était quoi le jeu avec le chapeau et la chaussure ?

R.L : C’est toujours pareil. On se fait des crasses entre nous. Et on est ensemble et on rigole on fait des blagues.

Matthias : Etre trois personnes sur une planche au-dessus d’une bouteille de gaz c’est pas banal.

R.L : Ce sont des d’accessoires.

Matthias : Quand la planche a changé de sens ça m’a fait un peu peur.

R.L : Donc tout va bien, c’est normal !

Alexandre M : Est-ce que vous êtes des grands artistes ?

R.L : On est artistes et artisans du spectacle. On fabrique nos accessoires. On a découpé les bouteilles à moitié. On a fabriqué le spectacle.

Alexandre M : J’ai vu que vous savez bien vous débrouiller.

R.L : Tout le monde pourrait bien se débrouiller. Ça commence très tôt le cirque. On s’est bien débrouillé tous les trois et tout est bien. On se bronze et on se stresse tout en silence.

Matthias : Vous êtes tous magnifiques.

Alexandre M : C’est vraiment super et spectaculaire ce que vous faites !

R.L : J’appelle ça l’acrobatie. Ce n’est pas aussi énorme que cela.

Alexandre B: « Vous habitez où ?

R.L : J’habite à Evry

Alexandre B: Dans l’Essonne.

R.L : Le reste de la compagnie sont de l’Indre.

Marie : Il faudrait venir voir les Chapiteaux Turbulents. Cela nous ferait plaisir de vous revoir.

R.L : Merci beaucoup. On se retrouvera

Yann Ecauvre, Sylvain Brani-Colin et Rémi Lecocq