Il y en a de très agréables et de moins agréables.
Ce qu’on ressent, on n’y peut pas grand-chose. C’est comme ça !
Il y a des sentiments d’amour ou d’affection et au contraire des sentiments de haine.
Il y a des sentiments de douceur (c’est doux une fille d’après l’apparence de la tête), et des sentiments de violence (par exemple, quand on me dit : « Ça ne regarde pas ! » ou « Ça ne te concerne pas ! », ce qui revient au même.)
Un sentiment de satisfaction est quand on m’emmène chez les concessionnaires et un sentiment de regret quand on ne peut pas y aller.
J’ai un sentiment de contentement quand je mange bien (je dis alors que je mange avec mon oncle Alain) et j’ai une impression de vide lorsque je ne mange pas ou que je mange mal.
Je suis content d’habiter Versailles et je me plais moins à Meylan.
Quand j’étais petit j’avais un sentiment d’agrément en pensant à un trajet que je faisais avec ma famille dans la Peugeot 404 où l’on passait dans un tunnel. On voulait y entrer mais on n’y arrivait pas, c’était un sentiment de déception. J’appelais cette histoire : « le gat-grat »
[field author]
Avatar