Olivier :

Je n’ai pas peur d’être jeune.

 

Sébastien :

Moi, j’ai peur d’être libre.

 

Aurélie :

Etre jeune c’est être belle !

 

Arnaud :

Ce lundi de Pâques était un lundi comme un dimanche : l’eau est ridée sur les bords de la Bièvre et ça évoque les rides d’un pied de fille.

 

Saïd :

Un macho, c’est quelqu’un qui a une fille à chaque doigt.

 

Paola :

Moi, j’ai un garçon dans chaque poche.

 

Aleksandar :

La France c’est une escalope à la moutarde.

 

Yann D :

La fille s’est transformée en dame pour plaire au garçon.

C’est tellement beau cette écriture sur les lignes, très droite et qui sert à quelque chose.

Je crois bien que ce journal me convient très bien. Il paraîtra bientôt, je ne sais pas quand. On verra, c’est la surprise.

Les vrais printemps, les arbres poussent très bien, très propres. Les bourdons fleurissent plus vite et tout doucement s’en vont les jours.

 

Alexandre :

Esther est une dessinatrice émérite. Elle est belle, elle est sympa.

 

Arnaud :

Elle est un peu noire. Elle est un peu Louisiane des années 30.

 

Thomas L :

Je fais les essuie-glace car je suis une voiture.

Ce ne n’est pas le pire, ni le mieux, celui qui ne dit rien

 

Léonor :

Quand je serai grande, je changerai de voix.

 

Anaïs :

Mardi, j’ai mis ma montre à l’envers, j’ai bu mon chocolat

 

Sarah :

Quand je me suis fait marcher sur pied par un cheval, j’ai dit : « aie », j’ai laissé tombé le cheval…et j’ai pris une jument.

 

Yann E :

Si on n’avait d’envie, qu’est ce que serait la vie ?

J’ai envie de faire disjoncter la routine, ce morceau de goudron qui sert à réparer la route.

Je ne veux pas être de ceux qui donnent des ordres : ça use la voix !

On ne peut pas faire de progrès en reculant.

Dans les contes, il y a des ogres. En vrai, il y a les cannibales.

La morale appartient au petit garçon.

 

Mathias :

Les robots ont un cœur mécanique

Ça me suffit de l’avoir en photo

C’est mieux qu’une carafe d’eau.

On peut rentrer dans la Grèce antique sans passeport.