Lentement
Une lumière grise apparaît
Les lucioles illuminent la ville
Les mines tristes sont à quai
Impatientes
Leurs femmes fulminent

Le ciel s’habille en rouge
Et jusqu’au grand soir
La peur de l’étrange bouge
Le monde
Et la crainte surgit dans le noir

C’est l’heure des rencontres
Au détour d’un café
D’une rue animée
On parle fort
On oublie la montre
Aux côtés d’une femme grimée

La vielle chouette guette à sa fenêtre
Les âmes qui s’échauffent plus bas
Pour une femme peut être
Pauvres hommes
Rudes combats

C’est à l’heure où la nuit tombe
Que tombent les masques
Et bombent
Les éclats d’hommes et leurs frasques.

[field author]
Avatar