Un jour, il n’y a pas très longtemps, le site du Papotin s’est regardé dans la glace. « Dis-moi mon beau miroir, qui est plus beau site de tout l’Internet ». Il entendit une multitude de noms mais pas le sien. Ils avaient tous des jolies pages, des comptes Facebook et Twitter qui leur permettaient de parler à beaucoup tout en parlant peu et des belles photos qui aident à se rendre intéressant. Il remarqua aussi que les autres sites se parlent entre eux et que des gens venaient les voir des quatre coins du monde. Surtout les nouveaux sites savaient se montrer toujours sous leur meilleur jour. Qu’on les regarde au travers de la grande fenêtre sur un ordinateur, d’une petite fenêtre de tablette ou du minuscule judas des téléphones, ils se montraient toujours joliment rangés.
Voyant tous ces sites heureux d’échanger, de partager, de se montrer le site du Papotin ne se sentit pas triste. Il sentit les articles des redacteurs battre à l’intérieur de lui. Il voulait les montrer, les faire connaitre à tout prix, mais ce n’est pas en se présentant comme avant qu’il allait donner envie de les lire.
Mais bien sûr ! Il pourrait essayer de se trouver une nouvelle peau. Comme une toison d’or, magnifique que tout le monde pourrait regarder. Le site du Papotin compris alors que, tel Jason, il avait besoin de trouver des Argonautes pour l’aider à trouver cette nouvelle peau.
Il alla donc les voir, et… une touche par ci, une touche par là. La cadre change et les mots restent. À la fin, le site du Papotin se regarde à nouveau dans un glace et se trouve rajeuni. Il contracte les muscles et s’affiche en grand, comme pour remplir un écran. Il retient sa respiration et rentre le ventre pour rentrer sur une tablette. Et il plie les jambes et rentre ses oreilles pour passer sur l’écran d’un téléphone.
Tout heureux, le site du Papotin envoie maintenant les textes de la rédaction partout sur la terre et les gens le regardent chez eux, dans le métro, dans le bus, au travail (mais pas trop), en vacances et le soir, pour lire un dernier billet, avant de se coucher.
M.C.