Pour toutes les Espèces vivantes, la règle est la suivante, soit vous avez une queue, vous êtes alors rangés dans la catégorie des à-queue / avec-queue. Soit vous n’avez pas de queue et vous êtes alors rangés dans la catégorie des sans-queue.

La queue ou bien l’absence de queue est le critère culminant et dominant, voir même le plus  important.

Mais presque toutes les espèces vivantes, exceptés les végétaux, qui ne peuvent, bien-entendu, ne pas avoir de queue, inclut des individus des deux catégories.
Mais chez les humains, les singes, les lémuriens, les primates, les rongeurs, les marsupiaux, les bovins, les ovins, les carnivores, et les artiodactyles, il y a des choses particulières !
Les sans-queue sont géneral’ment plus grands, plus lourds, plus forts, plus résistants, plus endurants, plus intelligents, plus rusés que les à-queue ! A l’inverse, les à-queue/avec-queue sont parfois plus rapides, plus agiles et plus souples ! Et quelquefois, les à-queue se taquinent en se donnant des coups d’queue ou bien se tirent par la queue.

La queue d’un humain à l’âge adulte, fait général’ment 1 mètre 35 ! Mais en dehors des catégories sans-queue et à-queue/avec-queue, il existe un autre critère , le plus important , le plus dominant , le plus culminant , et le plus marquant après c’lui-ci , la présence d’ailes, ou bien son absence. La catégorie avec-ailes est capable de voler et se mouvoir dans les airs, puis de survoler les paysages, et passer dessus, aucun obstacle à ce sujet-là, bloquent sa voie.

La catégorie sans-ailes est, en revanche, incapable de voler et se débrouille exclusiv’ment sur le sol, et doit passer par toutes les étapes qui s’y présentent. Mais est général’ment dans chaque espèce plus grande, plus lourde, plus forte, plus résistante, plus endurante, plus intelligente, plus rusée que la catégorie opposée. Ainsi, avec un tel class’ment, on assiste à 4 grandes catégories : les à-queue-à-ailes, les à-queue-sans-ailes, les sans-queue-à-ailes puis les sans-queue-sans-ailes ! Mais n’oublions pas, le critère le plus important et dominant et autre, c’est bien si l’on une queue ou pas ! Car dans chaque catégorie, avec ou bien sans la queue, les individus se rapprochent plus des uns des autres , avec ou bien sans ailes. C’est-à-dire, qu’un individu sans queue se rapproche plus, ou bien préfère se rapprocher, voir même par une simple tendance, d’un autre individu sans queue , et ce , indépendamment du fait d’avoir des ailes ou bien le contraire. La même chose est valable  pour ce qui ont des queues. Voici pourquoi les sans-queue-sans-ailes iraient plus ou bien auraient plutôt tendance, avec un sans-queue-à-ailes, avec un à-queue-sans-ailes! Et c’est qu’un exemple.

Pour identifier les individus, voir même pour les classer,  on commence à dire si ils ont une queue ou bien le contraire , ensuite , si ils ont des ailes ou bien le contraire, et ensuite par le sexe. Le sexe arrive bien en 3 ème position !
Si ça continue ainsi, avec un troisième critère, on n’a plus quatre catégories, mais huit catégories ! A chaque fois qu’on doit ajouter un critère, le nombre de catégories redouble !

[field author]
Nathanaël